Bien comprendre le principe de la location meublée non professionnelle

0
328
LMNP

Investir dans le secteur de l’immobilier locatif est une séduisante manière de se constituer un capital patrimonial. Véritable solution d’épargne, ce placement assure au bailleur une rente régulière. L’une des plus grandes tendances du marché de l’immobilier lors de ces dernières décennies est la LMNP. La location meublée non professionnelle est une excellente façon de devenir propriétaire tout en profitant d’un bon cadre fiscal. Avant de procéder à votre investissement, découvrez dans cette rubrique tout ce que vous devez savoir sur la LMNP.

Est-il avantageux pour un bailleur de réaliser un placement en LMNP ?

La location meublée non professionnelle est une forme de placement accessible aux investisseurs désireux de générer des revenus fonciers. Depuis 1949, elle a été un véritable rempart pour bien des contribuables résidants en France. Soumise à une réglementation juridique, la location meublée porte concrètement sur un logement muni de mobiliers nécessaires à l’habitation. En investissant avec le dispositif LMNP, le bailleur se verra octroyer des revenus fonciers peu fiscalisés. Il est à rappeler que la location meublée est dispensée de TVA. Ceci constitue l’une des opportunités à saisir avec la location meublée non professionnelle. Néanmoins, si l’investisseur inclut en plus de la location meublée d’autres prestations, ces dernières seront alors soumises à la TVA. Pour information, ces prestations peuvent bien s’agir du petit-déjeuner, de la réception des clientèles ou du nettoyage quotidien des locaux.

Outre l’avantage fiscal de la location meublée non professionnelle, celle-ci est également appréciée pour sa gestion facilitée. L’exploitant de la résidence de services se charge de tout à la place du bailleur.

L’essentiel à savoir sur le contrat de bail d’une location meublée

Pour le contrat de bail, la loi Alur impose à la location meublée les mêmes obligations qu’à la location nue. D’ailleurs, il comprend de nouvelles mentions obligatoires. Dans le contrat de bail, différentes informations doivent impérativement être mentionnées. Ces renseignements concernent notamment :

  • Le nom du locataire
  • Le montant du dernier loyer acquitté par le locataire
  • La durée de la location et de celle du préavis

Location meublée non professionnelle : régime micro BIC ou réel BIC

Le loueur en meublé non professionnel est généralement soumis de plein droit au régime micro BIC. Le loyer annuel brut encaissé par le bailleur bénéficie de l’abattement fiscal de 50 % pour une location meublée habituelle. Cet abattement sera de 71 % pour la location d’une chambre d’hôte. Idem pour un meublé de tourisme classé. S’il le désire, le bailleur soumis au régime micro BIC peut se tourner vers le régime du réel BIC.

Concrètement, l’investisseur bascule indubitablement dans le régime réel BIC lorsque le loyer brut annuel encaissé au titre des locations meublées va au-delà du plafond du chiffre d’affaires de la micro-entreprise. Avec ce régime, le bailleur doit tenir une comptabilité en bonne et due forme selon les règles des BIC. Ici, les dépenses afférentes aux meublés (entretien, amortissement et intérêt d’emprunt) sont déductibles des loyers annuels.

Le régime du réel BIC s’avère être une excellente alternative lorsque les dépenses déductibles sont très élevées.

Dans tous les cas, pour choisir le meilleur régime pour un investissement locatif, n’hésitez pas à faire une simulation LMNP.

 

Avatar
123immo, c'est une mine d'or pour toutes celles et tous ceux désireux de recueillir des informations concernant l'immobilier, sa valeur, ses états, ses assurances, son histoire... si ces thématiques entrent en ligne de compte dans vos interrogations, alors vous êtes au bon endroit. Top départ : 3... 2... 1... Lisez !