Les loyers ont enregistré une forte baisse en 2017 en France

0
32

La baisse observée sur les loyers a été particulièrement importante lors de l’année 2017 en France. Bien que toutes les villes ne soient pas concernées, cette baisse est importante. Et plus encore : elle est révélatrice d’une situation plus précaire des locataires.

75% des grandes villes touchées par la baisse des loyers

Il serait tentant de penser que la baisse de l’immobilier est un phénomène qui se répète tous les 10 ans. Pourtant, la théorie semble se vérifier depuis 20 dans le secteur locatif. Une première itération s’était ainsi produite en 1998. Puis en 2008, à l’éclatement de la bulle immobilière, les loyers avaient une nouvelle fois dévissés.

Cette fois, la baisse est encore une fois bien effective : Le Havre et Rennes font partie des villes les plus touchées, avec respectivement -3,8% et -3,7%. D’autres suivent avec des chiffres moins conséquents : Marseille (-1,9%), Villeurbanne (-1,8%) ainsi qu’Angers (-1,2%). Au total, les trois quarts des 20 premières villes de France ont vu leur loyer baisser.

Une baisse forte, mais inégale

Cela dit, le recul des loyers n’étant pas égal partout, le fossé se creuse entre ceux des grandes villes et ceux des très grandes villes. Ainsi, à Paris ou Lyon par exemple, les loyers continuent de progresser. D’ailleurs, les loyers parisiens avaient été plafonnés en 2016 avec un report en 2017. Mais le plafonnement défini a, quant à lui, été majoré : environ 1% à 2% de hausse.

Même dans ce cas il faut souligner des nuances, avec des variations selon les quartiers et le type de logement. La baisse a eu des effets connexes, qui participent à créer un cercle vicieux. C’est le cas des travaux de rénovation : ces derniers n’ont jamais été aussi faibles depuis deux décennies, à 14,3%. Et sur ce point même Paris recule : lorsque les relocations se font sans travaux, ses loyers baissent de 5,5%.

En cause : une précarité grandissante des locataires

Finalement, si les locataires pouvaient se réjouir de voir leur facture baisser, il n’en est rien. En effet, la grande cause de cette baisse des loyers est une précarité de plus en plus importante, que ce soit pour la société en général (hausse du taux de chômage, par exemple) ou pour le parc locatif en général. Ainsi, on peut signaler la modification de la TVA pour l’activité de bailleur social. Cette taxe étant passée de 5,5% à 10%, elle a dû être répercutée sur le montant des loyers.

Parmi les exemples illustrant ce retrait des aides à la location, on trouve la ville de Grenoble qui, comme l’a bien noté l’agence AGDA, accuse pour sa part un retrait de -2% de ses loyers. La commune a récemment marqué l’actualité : des leaders syndicaux et des dirigeants s’y étaient rassemblés, fin 2017, manifestant contre la baisse des aides personnalisées au logement (APL). La mesure, décidée en décembre, revenait à 60 euros en moyenne par mois en moins pour les personnes concernées. En réponse, le gouvernement a affirmé que cette réduction des subventions serait effectivement suivie d’une baisse des loyers. Mais la mesure a manifestement participé à paupériser les locataires.

La morosité du parc locatif a un autre effet : depuis 2015, les ménages aux revenus moyens tendent vers l’achat. En effet, depuis quelques années, des taux d’intérêt particulièrement bas rendent l’accession plus attractive. A terme, les experts craignent un désengagement de la part des propriétaires bailleurs. Aujourd’hui, le secteur locatif privé représente près de 6 millions de logements et 20% des résidences principales.

SHARE
Previous articleLogement des jeunes : le casse-tête des adulescents
Next articleLes secrets pour choisir au mieux son crédit immobilier
123immo, c'est une mine d'or pour toutes celles et tous ceux désireux de recueillir des informations concernant l'immobilier, sa valeur, ses états, ses assurances, son histoire... si ces thématiques entrent en ligne de compte dans vos interrogations, alors vous êtes au bon endroit. Top départ : 3... 2... 1... Lisez !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here